Coudre – Quand l’homme et la machine travaillent main dans la main

Pour coudre l'intégralité de la tige d'une chaussure basse sportive, une couturière chevronnée nécessitera 30 minutes environ. Nos machines à coudre réalisent la même tâche en moins de deux minutes. Mais dès qu'il s'agit de donner à la chaussure sa forme, les machines sont dépassées. À partir de cette étape de confection, c'est le savoir-faire des couturières qui est demandé.

Dans les ateliers de piqûre, les pièces détachées découpées sont cousues ensemble pour former une chaussure. Des robots prennent en charge, à l'aide des patrons imposés, la couture de l'ensemble de la tige à l'exception de la doublure.

Malgré l’existence de robots ultramodernes, la couture reste un travail manuel.

L’œil du robot

Toutes les pièces détachées qui doivent être cousues ensemble sont fixées sur une plaque spéciale et insérées dans le robot. Le problème majeur de cette étape de travail est que les pièces, et ce malgré le plus grand soin apporté à la tâche, restent toujours décalées de quelques fractions de millimètres. Ceci ne pose certes pas de problème pour la robustesse de la chaussure, mais les coutures ‘de travers’, sur la chaussure finie, sont extrêmement disgracieuses. Pour éviter ce désagrément, le robot effectue, à l'aide de deux appareils photo, une image stéréo des pièces qui doivent être cousues. Si les pièces sont décalées, le robot le détectera et il ajustera alors automatiquement le tracé de la couture. Le robot voit donc effectivement l'endroit où il doit coudre.

Lorsque les choses deviennent trop compliquées, les couturières interviennent

Donner à la tige cousue sa forme définitive est une étape où les robots se heurtent à leurs limites. La structure tridimensionnelle complexe qui naît maintenant les dépasse. Au cours de cette étape de travail, le travail manuel de couturières très agiles devient incontournable.

La chaussure, après chaque étape de travail finalisée, devient de plus en plus difficile et compliquée à manier. Au cours d'une première étape, les pièces de la doublure sont cousues. Puis, les parties en mousse et les stabilisateurs de talon sont introduits entre la doublure et la tige.

Dernière étape de couture: les piqûres surjetées de la semelle première et de la tige. On parle de cousu Ströbel. Lors de cette étape, la semelle première et la tige sont assemblées par point zigzag. Le produit semi-fini ressemble maintenant presque à une chaussure.